Archives mensuelles : mars 2013

Gödel: Le génie fou de la logique

Je viens de finir une biographie-fiction de Kurt Gödel, « La déesse des petites victoires » de Yannic Grannec, et je me suis dit que ce génie des mathématiques devenu fou ferait un bon sujet de billet.

godel

Kurt Gödel est un logicien autrichien (il étudie la logique mathématique) qui a révolutionné la vision des mathématiques du 20ième siècle mais le grand public le connait assez peu, principalement à cause de son caractère taiseux et du fait qu’il publiait rarement tout en essayant d’être le plus loin possible des projecteurs.

L’incomplétude des mathématiques

En 1931, à seulement 25 ans, il surprend les mathématiciens de son époque en démontrant que n’importe quelle arithmétique (la science des nombres) est nécessairement incomplète (ce qu’on appelle couramment le théorème d’incomplétude de Gödel). L’incomplétude d’une théorie signifie que certains énoncés de cette théorie ne peuvent en aucun cas être démontrés en restant au sein de ladite théorie. A cette époque, les plus grands mathématiciens étaient persuadés du contraire (et plus particulièrement David Hilbert), d’où l’étonnement général et la remise en question des mathématiques.

En gros, Gödel a prouvé de manière formelle qu’il est absolument impossible de fournir une théorie unique de l’ensemble des mathématiques !

Princeton

Suite à l’arrivée d’Hitler au Pouvoir et à l’Anschluss, il part aux U.S.A en 1933 au célébrissime Institut d’Etude Avancée de Princeton (IAS).  Dans ce temple de l’excellence scientifique, Gödel se lie d’amitié avec Albert Einstein, également pensionnaire de l’IAS. Einstein dira d’ailleurs à la fin de sa vie « Je ne vais à mon bureau que pour avoir le privilège de rentrer à pied avec Kurt Gödel ». Le célèbre couple Einstein-Gödel défiait la chronique entre le physicien extraverti toujours débraillé avec ses cheveux en bataille et le mathématicien introverti toujours tiré à quatre épingles surmonté de ses fameuses lunettes rondes. A la fin des années 40, Gödel étudiera d’ailleurs la relativité de manière « logique » et trouvera une solution paradoxale permettant les voyages dans le temps (les univers de Gödel).

einstein-et-godelLes deux contraires : Einstein et Gödel

Gödel et Dieu

Gödel  passera de nombreuses années à la fin de sa vie à tenter de développer une  logique formelle de la philosophie. Il ira jusqu’à développer une preuve ontologique de l’existence de Dieu inspiré d’Anselme de Cantorbéry et de Leibniz. De peur d’être critiqué, il ne publia jamais cette preuve qui émergea des archives 9 ans après sa mort.

Dieu_Preuve

Preuve ontologique de l’existence de Dieu selon Gödel

La folie de Gödel

Gödel était hypochondriaque et avait des tendances paranoïaques. Sa femme Adèle l’a soutenue et aider toute sa vie durant pour le maintenir à flot. A la fin de sa vie, il était considéré comme « fou » par la plupart des gens car sa psychose paranoïaque augmentait et il ne se nourrissait plus de peur d’être empoisonné.  Il est mort à l’âge de 72 ans et ne pesait plus que 30 kilo comme il refusait de se nourrir.

Il existe depuis 1992 un « prix Gödel » qui récompense des travaux en informatique théorique.