Archives mensuelles : novembre 2013

Les vagues scélérates

Les vagues, tout le monde connait ! Les raz-de-marée (tsunamis en japonais), comment les ignorer depuis celui de 2004 dans l’océan indien (220 000 morts) et celui de 2011 au large du Japon qui frappa la centrale de Fukushima ? Mais les vagues scélérates ? Les connaissez-vous ? C’est ce que je vais essayer de vous détailler ici.

Définition

Les vagues scélérates sont de gigantesques vagues solitaires formées au milieu des océans sans raison apparente. Une vague scélérate est définie comme une vague étant au moins 2 fois plus haute (entre sa crête et son creux) que la hauteur significative des vagues alentours : c’est-à-dire 2 fois plus haute que la moyenne du tiers des vagues les plus hautes.   vague Sa particularité est donc qu’elle est isolée et souvent abrupte, contrairement à un raz-de-marée provoqué par des effondrements sous-marins ou des séismes entrainant une onde de choc de très grande amplitude et se matérialisant par une vague seulement lorsque le plancher océanique remonte près des côtes.

Donc si vous êtes en pleine mer par force 9 (ce que je ne vous souhaite pas), la hauteur significative étant d’environ 15 mètres, vous pouvez qualifier une vague de « scélérate » si cette dernière dépasse les 30 mètres uniquement !

Un peu d’histoire

Pendant longtemps, les vagues scélérates ont été considérées comme des hallucinations de marins ayant abusé du rhum. Les scélérates faisaient parties du folklore maritime mais avec la photographie, les radars, les satellites et autres technologies, ce phénomène est maintenant avéré: les vagues scélérates existent et ne sont pas si rares que ça !

Le premier enregistrement « sérieux » d’une vague scélérate date du 1er Janvier 1995 aux abords de la plateforme pétrolière Draupner au large de la Norvège : une vague de 26,8 mètres est enregistrée au milieu d’une mer ayant une hauteur significative de 10,8 mètres (donc 2,5 fois plus haute). Il avait été recensé auparavant de telles vagues scélérates, comme à bord du navire USS Ramapo en 1933 qui avait mesuré une vague de 33 mètres, mais jamais les scientifiques n’avaient eu de données réellement mesurées pour analyser ce phénomène singulier.

 File_Drauper_freak_wavePremier enregistrement d’une vague scélérate le 1er Janvier 1995 aux abords d’une plateforme pétrolière au large de la Norvège

 Occurrence des vagues scélérates

En 2004, trois semaines d’images radars provenant de satellites de l’Agence Spatiale Européenne ont été minutieusement analysées et pas moins de 10 vagues scélérates de 25 mètres chacune ont été identifiées (http://www.dtic.mil/cgi-bin/GetTRDoc?AD=ADA462573). Ce phénomène n’est donc pas si rare et il n’est donc pas impossible qu’un navire en mer en croise une, ce qui est cohérent avec les récits de plusieurs marins ayant survécu à de telles vagues. Par exemple, le capitaine du paquebot Queen Elisabeth II a rencontré en 1995 une vague scélérate de 30 mètres de haut en Atlantique nord et a déclaré que cette vaque était « Un gigantesque mur d’eau… C’était comme si nous nous précipitions sur les falaises blanches de Douvres« .

L’Agence Spatiale Européenne déclarait d’ailleurs en 2004 que sur les 200 supertankers et porte-conteneurs de plus de 200 mètres de longs ayant coulés à cause de raisons climatiques lors des 20 dernières années, la plupart ont coulé suite à une vague scélérate (lien). Cependant, il n’existe à ce jour aucune statistique précise de l’apparition de ces vagues dans les océans. Même si Michel Olagnon, ingénieur à l’Ifremer, a déclaré dans une interview au journal le Temps « qu’en un endroit donné, on estime qu’il ne s’en forme qu’une tous les 10 000 ans».

Modélisation des vagues régulières

En termes de modélisation physique, la tâche n’est pas évidente étant donné que nous possédons très peu de mesures de ces vagues et donc peu de données pour valider les modèles.

Il existe de très nombreux modèles pour décrire les vagues dues au vent sur l’eau dans une eau plus ou moins profonde, voir graphique ci-dessous.

533px-Water_wave_theories.svg Différents domaines de validité des modèles expliquant les vagues régulières en profondeur constante (h= hauteur d’eau, tau=période temporelle de la vague, H = hauteur de la vague, g=gravité)

Ces modèles sont tous des approximations grossières des équations de la mécanique des fluides ignorant la viscosité, la compressibilité et les tourbillons. Même après toutes ces approximations, le modèle demeure non-linéaire et il n’existe pas de solution simple à ce problème. L’idée consiste alors à approximer des termes selon la profondeur plus ou moins importante de l’eau. Par exemple des vagues de 30 mètres de haut (H=30) ayant une période de 15 secondes (tau=15) dans 400 mètres d’eau (h=400) peuvent être modélisées par un modèle de Strokes au 3ème ordre (H/(g*tau^2) = 0.013 et h/(g*tau^2) = 0.18), ce qui revient à une équation aux dérivées partielles du 2ème ordre que l’on peut résoudre (équation de Laplace) mais attention, tous ces modèles permettent de rendre compte des vagues régulières uniquement. De plus, si la cambrure de la vague (le rapport entre la hauteur de la vague H et sa longueur d’onde lambda) dépasse 0,14, alors aucun modèle n’explique la formation de telles vagues car elles sont censées déferler à ce stade. Par exemple une vague de 30 mètres n’est possible que si elle possède une longueur de 214 mètres minimum.

Modèle pour vagues scélérates

Les vagues scélérates peuvent être modélisées selon l’équation d’un soliton. Un soliton est une onde se propageant sans se déformer dans un milieu non-linéaire dispersif : c’est-à-dire que la vitesse de l’onde dépend de sa fréquence,  comme les vagues dans l’eau ou la lumière dans l’air.

Le soliton apparait comme solution de plusieurs  équations aux dérivées partielles non-linéaires comme l’équation de Schrödinger en physique quantique qui explique la propagation d’un signal lumineux dans une fibre optique. Dans le cas des fluides non compressibles et non visqueux, le soliton est également une solution de l’équation de Korteweg-de Vries qui permet de rendre compte de la propagation des vagues dans une eau peu profonde. Mais là encore, cela ne permet pas d’expliquer notre vague scélérate en eau profonde en pleine mer.

En 1983, Howell Peregrine pense à modéliser de telles vagues à partir d’une équation type Schrödinger non-linéaire étant donné que le soliton est une solution possible. On parle alors de « soliton de Peregrine ». Le problème, toujours le même, est que pour valider ce modèle, nous avons trop peu de mesures de vagues scélérates et que c’est quasi impossible à reproduire en laboratoire. Donc ce modèle est sujet à caution.

Une solution possible arrive en 2010 quand une équipe réussit à reproduire en laboratoire un soliton de Peregrine mais dans une fibre optique avec une impulsion de lumière extrêmement brève (voir Article dans Nature). Et oui, comme la propagation est non-linéaire, il est possible que plusieurs petites ondes fassent une onde beaucoup plus grande que la somme des plus petites et si ça marche avec de la lumière, ça devrait marcher dans l’eau également ! L’avantage de la lumière est que l’on maitrise très bien tous les paramètres et que c’est « assez facile » à faire en labo. En faisant un changement d’échelle entre les paramètres de la fibre optique et la mer on retombe alors sur des données cohérentes qui pourraient donc expliquer les vagues scélérates. Les auteurs de cette expérience pensent ainsi que les vagues scélérates seraient dues à la sommation de plus petites vagues de différentes fréquences donnant naissance à une vague gigantesque comme dans leur fibre optique.

Autres origines possibles des vagues scélérates

Aujourd’hui, aucune théorie ne fait vraiment consensus au sein de la communauté scientifique pour expliquer l’origine des vagues scélérates. Il est simplement avéré que très souvent (mais pas tout le temps), ces vagues apparaissent dans des endroits où les vents soufflent de manière opposée à d’importants courants marins comme au large de l’Afrique du Sud. Cette opposition entre vent et courant provoquerait une contraction de la longueur d’onde de la vague et donc son élongation en hauteur. Il existe de nombreuses autres explications comme le soliton de Peregrine mais ces recherches sont toujours actives et il y a encore du travail pour comprendre la Nature…

P.S. Merci à Eric de m’avoir suggéré ce sujet lors d’une pause-café au CERN.

Les colorants

Noémie nous fait ici un petit topo sur les colorants alimentaires (cliquez sur les dessins pour agrandir):

colorants_1

colorants_2