La première liquéfaction de l’hélium par H.K. Onnes


Alexandre Moatti
présentait le mois dernier une nouvelle bibliothèque numérique présentant des textes fondateurs de la science antérieurs à 1940 et analysés par des scientifiques contemporains : BibNum.

Je viens de faire une analyse sur BibNum au sujet de la première liquéfaction de l’hélium réalisée en 1908 par Heike Kamerlingh Onnes au laboratoire de Leyde aux Pays-Bas : voir l’analyse sur Bibnum.

L’analyse s’appuie sur le communiqué fait à l’Académie des Sciences où il décrit son expérience et sa découverte de l’hélium liquide. Il atteint alors la température de 1,65 K (-271,5 °C), la plus basse jamais atteinte par l’homme à cette époque. On peut voir sur la photo ci-contre H.K. Onnes (à droite) et G.J. Flim (à gauche), le chef du laboratoire de cryogénie, devant le liquéfacteur d’hélium à l’université de Leyde en 1908.

 Seulement trois ans plus tard, Onnes découvrira  par hasard la supraconductivité : en dessous d’une certaine température très basse, dite critique, certains matériaux laissent circuler l’électricité sans aucune perte (la résistance devient nulle). Onnes obtiendra le prix Nobel en 1913 pour ses recherches sur les propriétés de la matière aux basses températures, qui conduisirent, entre autres, à la production d’hélium liquide.

Cette découverte pouvant passer inaperçue était une prouesse technologique et scientifique tout en ouvrant la voie à de très nombreuses applications comme la supraconductivité. Les supraconducteurs sont principalement utilisés pour fabriquer des électroaimants peu encombrants et générant de très forts champs
magnétiques. Aujourd’hui, la physique des particules et l’imagerie médicale ont recours tous les jours à la cryogénie à l’hélium liquide pour refroidir des aimants supraconducteurs. Le plus grand succès de l’hélium liquide et de la supraconductivité est l’accélérateur de particules LHC (Large Hadron
Collider
) au CERN qui vient de démarrer cette année, exactement 100 ans après la première liquéfaction de l’hélium par Onnes.
Le LHC est composé de 27 km d’aimants supraconducteurs qui baignent dans de l’hélium superfluide à 1,9 K. Au total, 60 tonnes d’hélium liquide (normal et superfluide) sont utilisés pour refroidir les 36 800 tonnes de la machine.

4 réponses à “La première liquéfaction de l’hélium par H.K. Onnes

  1. salut
    Je te souhaite de bonnes fêtes de fin d’année
    Le webmaster de l’annuaire du mineur en balade

  2. BonjourFaites connaître votre blog sur France Blogshttp://www.franceblogs.netBonne continuation

  3. Je viens de découvrir ce blog (via Google) et je le trouve admirable. Direct dans mes flux RSS.J’ai tendance à faire trop de philosophie et pas assez de science, je vais avoir de quoi rééquilibrer un peu tout ça.Merci beaucoup en tout cas, et surtout très bonne continuation =)

  4. Salutje viens de tomber sur ce blog via le café des sciences et je doit admettre que je reste sur le cul :O. Je trouve simplement fantastique que des gens comme toi prennent la peine (et le temps) de faire ce travail. Je te souhaite une très bonne continuation et puisse ce blog perdurer, c’est un petit bijou ;).Ps: Suite a ton article sur l’éléctrodynamique quantique j’ai commandé le livre de Feynman pour lire sur la plage cet été… ba oui quoi c’est quand même la classe et puis sa marche à fond avec les filles^^.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.