La Science fait l’homme ou l’homme fait la Science ?

Question quelque peu étrange… De nombreuses fois je me suis interrogé sur cette question, sans jamais trouver de vraies réponses. En effet, Pythagore ou Thalès ne se sont pas levés un matin en se disant : « Je vais faire un théorème ce matin ». Les mathématiques et leurs théorèmes existent car ils répondent à une nécessité, c’est un peu comme la loi de l’offre et de la demande en économie. Depuis toujours on désirait mesurer la hauteur des pyramides d’Egypte, plus particulièrement celle de Kéops, mais comment faire ? C’est là que Thalès est arrivé en inventant son fameux théorème en utilisant l’ombre de la pyramide pour trouver une hauteur de 147m (enfin je n’y était pas, mais c’est ce qu’on raconte). Dans ce cas précis on peut dire que c’est l’homme qui fait la science pour répondre à un besoin.

La science sert avant tout à décrire la nature. On va donc développer des modèles rendant compte des observations. Avec le temps et le progrès, on s’aperçoit que beaucoup de modèles ne marchent plus dans certaines circonstances, on va donc tenter de trouver des modèles plus complets et généraux qui viennent englober les modèles précédents moyennant des hypothèses simplificatrices. C’est le cas avec la théorie de la gravitation de Newton et la théorie de la relativité d’Einstein. En fait, on fait des poupées russes, le but étant d’arriver finalement à une super poupée qui englobe tout, et on pourra se dire qu’on connaît tout, c’est la théorie du tout qui devrait englober les quatre forces fondamentales (électromagnétisme, force nucléaire faible et forte, gravitation). Mais est-ce réaliste de penser cela ? On a bien déjà réuni les trois premières mais la gravitation pose beaucoup de problèmes. S.Balibar dans son dernier livre (voir l’article La pomme et l’atome) dit que la théorie du tout est une aberration issue des fantasmes des physiciens et que cela n’aurait pas comme résultat de répondre à toutes les questions. Effectivement, il ne faut pas tomber dans le réductionnisme total et y mettre une petite pointe de holisme (voir article Holisme Vs Réductionnisme). Ce réductionnisme total serait en définitive une réponse à ma question de départ, dans ce cas, ce serait
la Science qui fait l’homme car cette théorie supposée devrait rendre compte de tous les phénomènes naturels et la nature serait donc intrinsèquement mathématique or personnellement je n’y crois que moyennement. Je ne vois pas pourquoi la nature serait mathématiquement belle…

Tous les scientifiques ont envie d’un monde décrit par une « belle » équation mais ça ne marche pas comme ça. La seule chose qui est vérifiée et que je trouve belle c’est que tous les systèmes physiques tendent naturellement vers un état d’équilibre où l’énergie est minimale et que l’entropie d’un système ne peut qu’augmenter (je ne vais pas m’étendre sur l’entropie mais on peut garder à l’esprit que ça mesure le « désordre » d’un système en J/K et que c’est donc différent d’une énergie). Pour être rigoureux ce n’est pas impossible que l’entropie d’un système diminue mais c’est simplement improbable, il faudrait juste inverser la flèche du temps mais je ne m’étendrai pas sur ce sujet très vaste. Enfin je trouve ça beau, la nature essaye de se « fatiguer » le moins possible pour tendre vers un désordre de plus en plus grand (intuitivement c’est un peu paradoxal non ?).

 Au sujet de la beauté, voici mon intime conviction : l’homme formalise la nature, il invente dans son esprit des expériences idéales, belles, répondant à une équation symbolisant une loi. Mais notre monde est constitué de tellement de choses qu’il y a toujours des interactions avec l’extérieur, isoler un système parfaitement, c’est impossible, même si maintenant on arrive à faire des expériences très précises. Imaginez-vous qu’au CERN lors des expériences sur les particules dans l’accélérateur à 100m sous terre, on doit tenir compte de la position de la lune car elle provoque de très légers déplacements du sous-sol (même phénomène qu’avec les marées). Mais attention, je ne remets pas en cause la légitimité des Sciences. La théorie de Newton fonctionne parfaitement pour calculer la vitesse d’une pomme qui tombe d’un arbre et celle d’Einstein marche à merveille pour calculer la dérive du temps entre une horloge atomique placée sur Terre et une autre dans un satellite GPS car la terre déforme l’espace-temps avec sa masse. Mais il y a d’autres phénomènes trop sensibles aux conditions initiales et aux interactions pour pouvoir calculer analytiquement le comportement futur. C’est bien pour cela qu’on fait des simulations numériques. Les équations de Navier-Stockes pour les fluides sont valides mais pour calculer analytiquement les mouvements de l’air au passage d’un semi-remorque avec un bonhomme Michelin sur le toit sur l’autoroute et bah c’est pas gagné alors qu’un logiciel de simulation numérique par la méthode des éléments finis le fait très bien.

 

On ne peut pas négliger le fait que les lois physiques existaient avant l’homme, nous essayons simplement de les trouver sans trop bien savoir pourquoi elles existent et pourquoi on tombe sur des constantes mais après tout, les constantes ont peut être une explication très censée, il faut juste attendre un peu. S.Balibar
dans son dernier bouquin explique l’origine de certaines constantes qu’on trouve dans le monde végétal (du style le nombre de spirales dans un sens et dans l’autre sur une pomme de pin est toujours fixe selon les arbres). Ces constantes étaient connues depuis longtemps mais trouvent leur explication plusieurs siècles après.

 Bref, en définitive, la nature fait l’homme et l’homme fait de la science qui fait la nature… La boucle est bouclée.

2 réponses à “La Science fait l’homme ou l’homme fait la Science ?

  1. encore une fois un article excellent sur votre blog…je ne suis pas tout à fait au top de vos réflexions, certains domaines sont devenus lointain pour moi (je fais trop de technique maintenant, le théorique s’éloigne)…c’est tellement rafraîchissant que j’ai immédiatement communiqué le lien hypertexte à mes chers élèves de Terminale STI afin qu’ils puissent philosopher un peu à la lumière de cet article…ça les entraînera pour le bac qui arrive…merci BenjaminJM Bourven, fidèle lecteur

  2. Alors que je « naviguais » je suis tomber sur cet article et tient a vous félisciter: il est clair concis et intéressant! J’aime bien!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *