Le Boson de Higgs découvert au CERN

Toute la communauté de physique des particules est en effervescence car on ne comprend toujours pas précisément le monde qui nous entoure et la Science vient de faire un petit pas cette année !

L’année dernière, le CERN annonçait qu’il ne pouvait se prononcer quant à la détection ou non du boson de Higgs, une particule prédite par la théorie mais toujours pas détectée, car les données n’étaient pas encore suffisantes (voir mon billet de l’année dernière). Ce 4 Juillet 2012, des milliards de milliards de collisions plus tard , le CERN vient d’annoncer qu’une nouvelle particule de 125 GeV/c² a été détectée avec un intervalle de confiance de plus de 99.99% (un écart type de 5 sigmas pour les mathématiciens) et il semblerait que ce soit le boson de Higgs, mais reste à prouver que c’est bien lui…

 Un boson c’est quoi au fait ?

Les physiciens aiment bien faire des catégories et ranger leurs particules dans des boites plus ou moins grandes. Les particules peuvent par exemple être séparées en 2 grands ensembles selon leur comportement:

  • Les Fermions : obéissent à la statistique de Fermi-Dirac
  • Les Bosons : obéissent à la statistique de Bose-Einstein

Ces 2 catégories de particules se distinguent par ce que les physiciens appellent leur spin. Le spin est un peu comme la capacité de la particule à tourner sur elle-même. A chaque particule, on attribue un nombre de spin qui permet de caractériser cette rotation. Les bosons ont un spin entier comme le photon par exemple (spin=1). Au contraire, les fermions sont des particules ayant un spin demi-entier (1/2, 3/2, 5/2…) comme l’électron (spin=1/2).

Les Fermions

Les fermions constituent l’essentiel de la matière qui nous entoure (les quarks et les électrons) car ces derniers ne peuvent pas se trouver dans le même état d’énergie ensemble (c’est ce qu’on appelle le principe d’exclusion de Pauli). Ceci a pour conséquence qu’un assemblage de fermions forme une structure de matière rigide comme dans les atomes et les molécules qui constituent notre environnement quotidien.

Les Bosons

Au contraire, les bosons peuvent tous être dans le même état d’énergie et on ne peut pas forcément distinguer les différentes particules les unes des autres. Les bosons sont les vecteurs des forces entre les fermions (la force électromagnétique, la force forte et faible). Pareil pour notre désormais célèbre boson de Higgs qui donne une masse aux autres particules (aux autres fermions et aussi aux autres bosons).

Ce comportement bosonique (toutes les particules dans le même état) est directement observable à notre échelle comme dans un laser où tous les photons sont dans le même état et induisent une lumière cohérente (couleur unique en ligne bien droite). C’est également parce que l’hélium-4 est un boson que l’on peut observer la superfluidité de l’hélium à basse température. La supraconductivité aussi provient du fait que les paires d’électrons se comportent comme un seul boson (spin=1/2+1/2=1) à basse température et peuvent ainsi se déplacer sans perte dans un conducteur. Voir ce billet pour ces comportements atypiques de la matière.

Et si ce n’était pas notre bon vieux Higgs ?

Le dernier accélérateur de particules du CERN, le LHC, doit observer un certain taux de production de ce fameux boson de Higgs selon plusieurs modes de désintégrations possibles. Premièrement, le Higgs peut être créé lors d’une collision proton-proton selon différents processus, voir les petits dessins plus bas, appelés diagrammes de Feynman, où notre Higgs est représenté par la lettre « H » :

 

Ensuite, le Higgs peut se désintégrer selon plusieurs modes et c’est ce que les détecteurs de particules regardent. En particulier, les détecteurs regardent les « canaux » suivants :

  • Un Higgs se désintègre en 2 photons
  • Un Higgs se désintègre en 2 bosons Z
  • Un Higgs se désintègre en 2 bosons W
  • Un Higgs se désintègre en 2 tau
  • Un Higgs se désintègre en 2 quarks/antiquark b

Ensuite ces particules secondaires se désintègrent à leur tour selon différents modes possibles également et au total, c’est environ 85 modes de désintégrations qui sont analysés dans les détecteurs.

 

Deux gluons fusionnent pour donner un Higgs qui se désintègre en 2 bosons W

Ces différents processus de désintégrations sont expliqués par le modèle standard, la théorie actuelle qui marche pour ce que l’on a observé jusqu’à présent mais si le LHC observe plus ou moins de Higgs que prévu selon ces différents scénarios, c’est le modèle sur lequel se base toute la physique depuis les années 60 qui serait remis en question ! A partir d’ici, tout est permis et les physiciens ne sont pas en manque d’imagination pour expliquer telle ou telle anomalie du modèle standard qui ouvrirait alors une nouvelle physique. Ces anomalies pourraient par exemple provenir d’une autre particule chargée non prévue par le modèle standard.

Bref, les physiciens ont du pain sur la planche et le LHC relance la recherche internationale pour la compréhension de notre monde et c’est parti pour durer un certain nombre d’années de recherche et d’affinement des mesures du Higgs pour le regarder sous toutes les coutures et voir s’il se tient à carreaux ou si il fait des choses plus « exotiques ».

Certes, pour le commun des mortels, le fait que le boson de Higgs soit différent de ce que prédit le modèle ne va pas changer grand chose. Mais il ne faut pas oublier notre histoire et que chaque remise en question de la physique d’une époque a débouché sur de grandes avancées scientifiques et technologiques. Et puis n’oublions pas que pour trouver ce boson de Higgs, l’homme a dû construire des machines et de détecteurs complexes qui ont de nombreuses applications dans les technologies de l’information et dans l’imagerie médicale.

Et après ?

Le LHC doit poursuivre sa campagne de collisions jusqu’à mars 2013, ce qui permettra encore d’affiner les résultats et de s’assurer que le Higgs colle dans certains modèles ou pas. Ensuite, le CERN va passer un an et demi à consolider cet accélérateur de particules car le LHC fonctionne aujourd’hui à un peu plus de la moitié de sa puissance seulement (mais c’est déjà beaucoup). Il devrait alors repartir à quasiment sa puissance maximale en 2015 pour fournir de nouveaux résultats à des énergies que nous n’avons jamais explorées.

Le problème est que le LHC est une machine de découverte qui fait beaucoup de collisions entre protons et qui balaye une grande portion d’énergie mais ce n’est pas la meilleure machine pour étudier le Higgs en détail. La communauté de physique planche désormais plus sérieusement sur l’après-LHC qui permettra d’étudier en détail le Higgs maintenant que nous savons où il se cachait. Ce sera sans doute un accélérateur linéaire d’électrons et de positrons qui ferait plus de 30 kilomètres de long. Actuellement, les deux projets les plus sérieux et avancés sont l’ILC (International Linear Collider) et le CLIC (Compact Linear Collider). L’ILC permettrait des collisions à 1 TeV et serait sans doute aux USA ou au Japon et le CLIC permettrait des collisions à 3 TeV et serait sans doute au CERN à Genève. Ce choix sera sans doute à faire par la communauté internationale dans les 5 prochaines années selon les résultats du LHC. Affaire à suivre…

 

Prototype test pour le CLIC au CERN (CTF3)

 Quelques liens utiles :

2 Responses to Le Boson de Higgs découvert au CERN

  1. - Avec des modèles mathématiques qui intègrent la notion d’infini, on n’a pas fini de diviser la matière jusqu’à ce qu’il n’en reste plus ; ce que vous ne dites pas, et que le grand public a le droit de savoir, c’est que des machines comme le LHC coûtent des milliards d’euros, et que la mécanique balistique trouve pas mal d’applications dans le domaine de l’armement.

  2. Le problème c’est qu’on ne sait pas grand chose, tout en faisant croire le contraire. On ne connaît du boson de Higgs que son énergie. Il semble aussi qu’on ne sait pas séparer l’énergie cinétique de sa masse, autrement dit, on ne la connaît pas.

Laisser un commentaire