La biométrie, faire de son corps une identité



La biométrie désigne la science des variations biologiques, des phénomènes qui s’y attachent et des problèmes qui en découlent. Souvent couplée avec l’anthropométrie, la biométrie permet d’identifier des personnes selon leurs différences physiques. Pour qu’un caractère soit biométrisable il faut réunir plusieurs conditions, ce caractère doit être :

  • commun à tous les humains (mieux vaut que tout le monde puisse s’identifier)
  • stable dans le temps (votre coupe de cheveux est amené à changer normalement)
  • peu altérable (la voix quand vous êtes malade)
  • facile à enregistrer et accessible (vous n’allez pas vous déchausser à chaque fois pour prendre une empreinte de votre orteil droit)
  • discriminant, spécifique à chaque individu (le fait que vous ayez 10 doigts n’est pas très original)
  • difficile à « frauder »



Comme exemple de caractères étudiés on peut citer les empreintes digitales, l’iris de l’œil, les dents, la forme des lèvres, la chaleur du visage, la démarche, le sang, la voix, la signature dynamique (analysé informatiquement ave pression et angle du stylo). Après il faut discerner deux utilisations principales :

L’identification consiste à chercher les données biométriques d’un individu dans une base de données pour l’identifier et mettre un nom sur cette personne. Par exemple on utilise cette technique dans certains espaces sécurisés pour vérifier que la personne qui entre est bien un employé ayant les droits nécessaires et archiver sa visite.

L’authentification, quant à elle, a pour objectif de vérifier qu’une donnée enregistrée sur un support individuel est bien la même que celle de la personne qui détient ce support, dans ce cas il n’y a pas de création de base de données. Par exemple, cette technique permet de confirmer que votre carte bancaire ou votre carte d’identité vous appartient.



Il y a de nombreux débats sur la biométrie, particulièrement sur le point de vue éthique. Est-ce que ce n’est pas en contradiction avec la liberté des Droits de l’Homme que de recenser toutes les personnes dès leur naissance ? Evidemment en cas d’infraction à la loi, on peut de ce fait retrouver la personne facilement mais un tiers pourrait utiliser ces données à des fins non prévues à cet effet. Une base de données n’est jamais sûre à 100% et il y a donc une possibilité de dérive. Il ne faut pas oublier de respecter la vie privée et l’intimité des gens pour ne pas créer un « Big Brother ». En France, c’est la Cnil (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés) qui gère ce genre de problème. La Cnil doit donner son autorisation pour tout système biométrique privé et formule un avis si cette décision émane de l’état.

Pour donner cette autorisation, il y a 3 critères :

  • La nature de la technique
  • Le mode de stockage de l’information
  • Le caractère volontaire ou obligatoire du dispositif

 Ainsi que 2 principes à respecter :

  • La finalité du projet doit être exclusive à tout autre usage.
  • Le risque de dérive encouru lié à la technique choisie doit être à la hauteur de l’impératif de sécurité recherché (pour pénétrer dans le placard à balai d’une station service on va pas imposer une reconnaissance rétinienne )



En 2007-2008, en France, la future carte d’identité nationale électronique sécurisée (Ines) sera obligatoire et payante. Elle sera de la taille d’une carte bancaire et contiendra 2 informations biométriques : les empreintes digitales et le visage.

2 réponses à “La biométrie, faire de son corps une identité

  1. Ah la biométrie, vaste sujet :)Pour avoir un peu (vraiment un tout petit peu) bossé la dessus, c’est vraiment passionnant !C’est vrai que ce serait tellement pratique de n’avoir pas besoin de retenir tous les codes, d’avoir 50 cartes pour chaque chose,  c’est vrai que ce serait tellement plus "sécuritaire" d’être indentifiable sans erreur possible… mais les dérives possibles sont telles qu’il faut absolument être prudent sur les utilisations qu’on fait des informations… Bref, je suis tres partagée mais j’ai bien peur qu’il soit bientot trop tard, nous n’aurons pas à donner notre avis, elle envahira notre quotidien petit à petit sans qu’on s’en rende compte !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.