Physique Livres

Les citations en exergue dans les livres de physique

J’étais en train de relire certains passages de l’anti-dictionnaire de physique de Daniele Vegro (Belin 2016) lorsque la définition de « citation » m’a interpellée. Extrait :

« Je n’ai jamais vu autant de citations en exergue de chapitres que dans les livres de physiciens. […].  La plupart du temps ce sont des citations de romanciers et d’écrivains, qui collent au texte comme l’étiquette sur le pot de mayonnaise. […] Mais il est clair que la prolifération des citations extravagantes est un fait et qu’une psychanalyse de l’écrit scientifique reste à faire »

Avant de commencer, je vous rappelle ce qu’est un exergue selon le cnrtl : « Formule, pensée, citation placée en tête d’un écrit pour en résumer le sens, l’esprit, la portée, ou inscription placée sur un objet quelconque à titre de devise ou de légende ». A noter que l’Académie ne préconise pas cet usage du mot exergue dans ce contexte, terme carrément condamné par certains lexicographes, qui recommandent plutôt le terme d’épigraphe.

Une expérience faite à la maison

Voici donc une grande énigme de la science à résoudre, pourquoi tant d’exergues chez les physiciens ? Pourquoi ne pas citer d’autres physiciens ? Et pourquoi utiliser des citations hors de propos ? Est-ce vraiment le cas ? En bon scientifique expérimentateur, j’ai voulu faire cette expérience dans ma propre bibliothèque. Je suis donc allé identifier tous les bouquins de physiciens que je possède et j’ai compté ceux qui présentaient des citations en exergue.

Résultat : seulement 9 livres sur 55 avaient des citations en exergue, soit 16%. Je m’attendais à un peu plus mais bon, ma bibliothèque présente un biais expérimental de taille : ce ne sont que des livres que j’ai choisis et qui me plaisent, c’est sans doute assez éloigné et non représentatif de l’ensemble de tous les livres de physiciens. Enfin bon, je suis confiné chez moi, je n’ai que ça sous la dent, alors regardons un peu ces exergues…

Un morceau de ma bibliothèque qui a servi de banc expérimental

Premier constat, la plupart des « très grands » n’ont pas recours à cette pratique de l’exergue, tout simplement parce que ce n’était pas à la mode à leur époque : rien de tel chez Galilée, Newton, Einstein, Planck ou Feynman par exemple. Cependant, si je ne compte que les livres publiés après 2000, alors le score est sensiblement plus élevé : un livre sur quatre. De plus, j’ai constaté que la plupart des citations étaient en rapport avec le livre ou le chapitre concerné, même si parfois c’est un peu tiré par les cheveux.

Les citations en exergue de ma bibliothèque

Voici donc certaines citations trouvées :

Etienne Klein a recours aux citations en exergue dans plusieurs de ses livres. Par exemple, dans En cherchant Majorana, on peut trouver celle-ci de Bob Dylan dans le dernier chapitre que je trouve bien choisie et originale alors que Majorana vient de disparaitre après une traversée en bateau sans laisser de trace :

« Dans une autre vie, j’aurais pu être toi, disait-elle.
Ouais, mais dans une autre vie, j’aurais été
quelqu’un d’autre. »

Dans L’atome au pied du mur, Etienne Klein fait cette fois-ci appel à Victor Hugo en exergue d’un chapitre qui porte le nom d’un livre d’Heisenberg, « La partie et le tout » :

« Il faut dans le grand tout tôt ou tard s’absorber. »

Encore du Victor Hugo pour Jean-Marc Levy-Leblond dans Impasciences en exergue de son chapitre sur les images :

« Oh ! l’admirable merveille que ce monceau
fourmillant de rêves engendrant le réel.
Ô erreurs sacrées, mères lentes, aveugles et
saintes de la vérité ! »

Hubert Reeves aime bien les citations également pour apporter un peu de poésie dans ses livres d’astronomie. Dans son autobiographie Je n’aurai pas le temps, on trouve une citation de Baudelaire en exergue du premier chapitre racontant son enfance :

« Pour l’enfant amoureux de cartes et d’estampes
L’univers est égal à son vaste appétit.
Ah ! que le monde est grand à la clarté des lampes !
Aux yeux du souvenir que le monde est petit ! »

Encore du Baudelaire poétique dans Poussières d’étoiles de Hubert Reeves au premier chapitre :

« Les soleils couchants revêtent les champs d’hyacinthes et d’or.
Le monde s’endort dans une chaude lumière. »

Dans le Cantique des quantiques de Sven Ortoli et Jean-Pierre Pharabod, on peut lire en exergue de l’introduction une phrase de Voltaire un peu prématurée pour son époque qui fait sourire aujourd’hui :

« Nous sommes dans le siècle où l’on a détruit
presque toutes les erreurs de la physique. »

Trinh Xuan Thuan cite quant à lui un vieux texte de Marsile Ficin (1476) en exergue de son livre Voyage au cœur de la lumière :

« Comment se fait-il que rien ne soit plus obscur que la lumière, quand il n’y a pourtant rien de plus clair, puisqu’elle élucide et fait connaitre clairement toutes choses ? »

Yannick Grannec, dans La déesse des petites victoires qui n’est pas un livre de physicien mais un livre sur les physiciens (c’est un roman sur Einstein et Gödel), n’échappe pas à la règle de l’exergue lorsqu’il cite Edith Wharton au début du livre, qui évoque une métaphore entre les couples bougie/miroir et Einstein/Godel :

« Il y a deux voies de diffusion de la lumière
être la bougie ou le miroir qui la reflète. »

Enfin, Alexandre Moatti cite quant à lui des scientifiques dans Einstein, un siècle contre lui en exergue des grandes parties et il cite bien évidemment Einstein en exergue de son livre avec une citation plutôt humoristique d’Einstein :

« Quand j’étais jeune, je me suis aperçu que
mes gros orteils finissaient toujours
par trouer mes chaussettes,
alors j’ai cessé d’en porter. »

Einstein sans chaussette mais avec de belles pantoufles.

Mais on trouve aussi une citation de Max Planck criante de réalisme et parfaitement adaptée au cas Einstein en exergue de la dernière partie :

« Une nouvelle vérité scientifique ne triomphe pas en convaincant ses adversaires et en leur faisant entrevoir la lumière, mais plutôt parce que ses adversaires meurent et qu’une nouvelle génération, arrive, familiarisée avec cette vérité. »

Pour conclure

Effectivement, peu de scientifiques dans les personnes citées, plutôt des poètes, des romanciers, des nouvellistes ou des chanteurs… Pour ma part, je réalise maintenant que dans ma thèse, je n’ai pas fait exception à la règle en faisant également usage de l’exergue au tout début en citant une des plus célèbres phrases de Henri Poincaré tirée de Science et méthode :

« Le savant n’étudie pas la nature parce que cela est utile ;
il l’étudie parce qu’il y prend plaisir
 et il y prend plaisir parce qu’elle est belle. »

Je dirai donc que les physiciens contemporains ont effectivement une nette tendance à faire usage de l’exergue en tête d’ouvrage, voire en tête de tous les chapitres pour certains. Par exemple, dans un livre d’Etienne Klein de 150 pages, on se retrouve avec 12 exergues, de Kafka à William James. Quant au choix de ces exergues, je le trouve généralement plutôt bon dans l’ensemble. J’avoue que j’aime bien lire une petite phrase d’un personnage célèbre en exergue, ça permet de mettre en relief le texte tout en apportant une touche un peu plus poétique ou humoristique que l’auteur ne se permettrait pas forcement. Bref, ça diverti le lecteur, et puis il faut bien avouer que ça fait bien d’avoir une citation de Victor Hugo ou de Baudelaire en intro !

Je ne sais pas si cette pratique nécessite réellement une psychanalyse de l’écrit scientifique mais mon sentiment est que les scientifiques ont sans doute besoin de justifier leurs écrits (à tort ou à raison ?) à la lumière d’une phrase d’un personnage célèbre. Et pour finir sur une petite citation qui pourrait être en exergue de ce billet, je vous propose cette devise Shadock qui est punaisée sur ma porte de bureau :

« Il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries
que mobiliser sa connerie sur des choses intelligentes. »

About the author

La science pour tous

Ingénieur au CERN (Organisation Européenne pour le Recherche Nucléaire) à Genève, Suisse.

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.